EVITER QU’UNE CRISE COVID-19 SE MUE EN CRISE ALIMENTAIRE: APPUI AU SECTEUR RIZICOLE EN AFRIQUE

Updated: Jun 5

Télécharger PDF

Avril 2020

Introduction

Le monde est confronté à des défis sans précédent causés par la pandémie de coronavirus (COVID-19), l’une des plus graves urgences de santé publique de l’histoire. Selon l’Organisation mondiale de la santé, au 19 avril 2020, plus de 2,24 millions de cas de COVID-19 ont été signalés dans 185 pays et territoires, entraînant plus de 152 000 décès. Le nombre de cas d’infection détectés en Afrique est resté relativement faible, bien qu’il augmente maintenant à un rythme alarmant avec plus de 20 000 cas et le nombre de décès qui a dépassé le millier. Pour contenir la pandémie, plusieurs mesures, dont le maintien de pratiques d’hygiène strictes, des règles de distanciation sociale, le port de masques faciaux, des restrictions de voyage, des quarantaines et des mesures de confinement partielles ou complètes, ont été mises en œuvre dans de nombreux pays du monde.

Si ces mesures sont importantes pour arrêter la propagation du coronavirus, elles ont cependant un impact néfaste sur les moyens de subsistance, l’emploi, la sécurité alimentaire et nutritionnelle et les activités économiques. Les impacts seront probablement relativement importants en Afrique, où 34 % de la population est employée par le secteur informel, gagne des salaires relativement bas, vit au jour le jour et ne dispose pas de filets de sécurité adéquats pour garantir un approvisionnement suffisant en nourriture et autres produits de première nécessité pour la vie quotidienne. Le secteur agricole fournit 55 % des emplois en Afrique et est la source de plus de 70 % des revenus des populations pauvres.

Alors que les experts, les gouvernements et la communauté internationale s'efforcent « d’aplatir la courbe du coronavirus » afin d’éviter une crise sanitaire ingérable, la nécessité « d’aplatir la courbe de l’insécurité alimentaire » ne reçoit pas la même attention. Il s’agit d’une préoccupation importante, notamment parce que les trois dernières années ont déjà vu une détérioration de la situation de la sécurité alimentaire. Le nombre de personnes souffrant d’insécurité alimentaire a augmenté, atteignant plus de 820 millions dans le monde en 2018, dont environ 260 millions en Afrique. La prévalence de la sous-alimentation en Afrique est de près de 20 %, soit la plus élevée au monde.

En outre, le prix mondial du riz, qui est devenu un aliment de base majeur en Afrique subsaharienne (ASS), n’a cessé d’augmenter au cours des douze derniers mois. La pénurie attendue de denrées alimentaires importantes telles que le riz et le blé, combinée à la hausse des prix, en raison des mesures de lutte contre le coronavirus, va probablement plonger des millions de personnes, en particulier en Afrique, dans une profonde insécurité alimentaire et dans la pauvreté. Pour éviter une répétition de la crise alimentaire mondiale de 2007-2008, des mesures nécessaires et urgentes pour une croissance agricole soutenue doivent être mises en place dès maintenant.

Risques auxquels est confronté le secteur rizicole en Afrique

Le riz est l’aliment de base qui croît le plus rapidement en Afrique, en particulier en Afrique de l’Ouest, où il est la principale source de calories par rapport aux autres céréales. La pandémie de COVID-19 affectera certainement l’offre mondiale et locale en riz et fera fluctuer les prix pendant et après la pandémie. Avant la crise à COVID-19, la consommation de riz en ASS devait atteindre 35 millions de tonnes en 2020, dont 15 millions de tonnes (43 %) devaient être importées des pays asiatiques. Certains de ces pays asiatiques ont été durement touchés par la pandémie et les effets immédiats du COVID-19 en ASS seront ressentis par les consommateurs de riz, en particulier dans les zones urbaines, sous la forme d’augmentation du prix du riz et de budgets alimentaires plus serrés. Subséquemment, le système agroalimentaire riz est confronté à des risques potentiels, notamment l’instabilité du marché international, les chocs croissants sur la productivité et l’instabilité sociopolitique.

Instabilité du marché international

Les conséquences économiques du COVID-19 dans les principaux pays exportateurs de riz, tels que l’Inde, la Thaïlande, le Vietnam, le Pakistan, les États-Unis et le Myanmar, qui a contribué à hauteur de 83 % au volume des exportations mondiales en 2017-2018, ne sont pas encore pleinement comprises. Même si les stocks mondiaux de riz ont augmenté en 2019 pour atteindre 184 millions de tonnes contre 176 millions de tonnes en 2018, les stocks pourraient diminuer en raison du repli de la production mondiale et de l’augmentation de la spéculation. Le blocage dans de nombreux pays a entraîné une réduction à court terme du transport de marchandises, notamment du riz, ce qui peut aboutir à une baisse des importations de riz en ASS.

Les pays exportateurs asiatiques pourraient également restreindre leurs exportations pour soutenir la consommation nationale jusqu’à la fin de la pandémie et lorsque la capacité de production sera rétablie. À titre d’exemple, malgré un appel à la solidarité pour éviter le « nationalisme alimentaire », à partir du 1er avril 2020, le Vietnam et le Cambodge décidaient de restreindre les exportations de riz pour protéger leur marché intérieur et pour faire face à une éventuelle pénurie alimentaire. Les commerçants de riz en Inde, qui est le plus grand exportateur de riz au monde, avaient cessé de signer de nouveaux contrats d’exportation pendant trois semaines en mars 2020, en raison de pénuries de main-d’œuvre et de perturbations dans l’approvisionnement lors d'un confinement sur l’étendue du territoire pour contrôler la propagation du coronavirus. Cela a permis aux pays exportateurs de riz comme la Thaïlande d’augmenter les expéditions et ce qui a fait grimper les prix mondiaux, obligeant les consommateurs africains à payer plus cher pour cette denrée. Heureusement, les commerçants indiens viennent de reprendre la signature de nouveaux contrats d’exportation.

Cela indique clairement qu’une telle perturbation, instabilité et incertitude dans l’approvisionnement en provenance des principaux pays exportateurs pourraient entraîner de graves pics de prix semblables à ceux observés lors de la crise alimentaire mondiale de 2007-2008, qui vont affecter plus les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables en Afrique.

Augmentation des chocs sur la productivité du riz

Les prix à la consommation augmenteront du fait des perturbations potentielles sur les marchés intérieurs des intrants (semences, engrais), ce qui entraînera une faible utilisation des intrants et une faible production locale de riz. Dans certains pays, les agriculteurs peuvent ne pas être autorisés à aller au champ ou à trouver de la main-d’œuvre pour les activités agricoles, ce qui va entraîner une réduction de la production nationale de riz. L’accès au marché de produits pourrait également constituer un défi en raison du confinement. La récente étude menée par AfricaRice, sur le niveau d’autosuffisance en riz des pays, a montré que des pays comme la Gambie, le Cameroun, le Ghana ou le Sénégal ont des taux d’autosuffisance de 60 % ou moins. Par conséquent, les chocs des prix seront plus graves pour ces pays, car ils dépendent encore largement des exportations en provenance d’Asie pour combler les écarts entre la production et la consommation.

À moyen terme et contrairement à la perception selon laquelle la hausse des prix devrait profiter aux agriculteurs, les revenus agricoles des petits riziculteurs seront probablement réduits par le risque et l’incertitude créés par la volatilité des prix et la réduction de la production. Les insuffisances des systèmes de production d’intrants vont même bouleverser les pays presque autosuffisants dont la consommation par habitant reste forte notamment Madagascar, le Mali ou la Sierra Leone, où, en plus des stocks de riz réduits sur les marchés, les agriculteurs peuvent aussi consommer tous leurs stocks de riz, y compris les semences. Cette situation a été déjà constatée lors de la crise à virus Ebola en Afrique de l’Ouest.

Après la crise à COVID-19, il est attendu que le système de production soit, certainement, affecté négativement, compte tenu des défis existants du développement du secteur rizicole en ASS, notamment la disponibilité limitée des matériaux génétiques adéquats et de capitaux semenciers, ainsi que des systèmes semenciers dysfonctionnels, le manque d’investissements et de mesures politiques à long terme, et la faiblesse du système de crédit et d’assurance destinés aux agriculteurs. Le transfert de technologies et l’accès à des pratiques améliorées pourraient ralentir en raison de l’inactivité des agences nationales de vulgarisation, qui seront obligées de ralentir leurs activités, voire de les arrêter en raison de la propagation du COVID-19.

Instabilité sociale et politique

Cette pandémie affecterait également le capital humain, le pire scénario étant un taux élevé de décès, en fonction des capacités des pays à maintenir le contrôle de leurs frontières et à appliquer les mesures de distanciation sociale. Les pays pauvres d’Afrique sont ceux qui ont le moins de ressources pour prévenir et contrôler les problèmes de santé ; les services médicaux, l’électricité et les sources d’eau potable font cruellement défaut. Si le COVID-19 n’est pas contenu, il fera payer un lourd tribut aux populations rurales, ce qui réduira le nombre de travailleurs et laissera la jeune génération avec des connaissances limitées en matière d’agriculture. Ce scénario aura un effet néfaste sur l’approvisionnement du système agroalimentaire local en riz et entraînera une hausse des prix.

L'incapacité des gouvernements à répondre aux besoins de la population par des systèmes de distribution alimentaire d’urgence pendant la pandémie pourrait entraîner des troubles sociaux potentiels. Ce qui constituerait un rappel brutal des manifestations et des émeutes alimentaires qui ont eu lieu dans certaines des capitales d’ASS en réponse aux prix élevés des denrées alimentaires pendant la crise alimentaire de 2007-2008. L’instabilité politique pourrait également être aggravée par l’augmentation du chômage des jeunes du fait : des licenciements dans les petites et moyennes entreprises (PME), qui luttent pour survivre aux effets de la crise économique issus de la pandémie de coronavirus, et de la réduction de la demande de biens et services des chaînes d’approvisionnement liées au riz dans lesquelles les jeunes sont employés.

Aplatir la courbe de l’insécurité alimentaire par des interventions efficaces pour appuyer le système agroalimentaire du riz face au COVID-19

Le contexte actuel devrait servir d’incitation et de justification renouvelée à l’Afrique pour qu'elle augmente sa production rizicole afin de nourrir sa population. L’expérience du ralentissement économique mondial de 2007-2008 a montré que la plupart des pays en développement ont rebondi avec une reprise inégale et de courte durée. Depuis 2011, les tendances de la croissance économique ont généralement diminué et le nombre de personnes souffrant de sous-alimentation a augmenté au cours des trois dernières années. Dans la situation actuelle, et compte tenu du rôle que le secteur rizicole pourrait jouer pour atténuer les effets néfastes de la pandémie de COVID-19 sur la sécurité alimentaire, les mesures suivantes sont proposées :

Mesures à court terme


  1. Subventionner et contrôler les prix au détail pour contenir l’augmentation des prix à la consommation et éviter les émeutes ;

  2. Entreprendre un inventaire et un suivi rapides des stocks de riz (local et importé) dans les pays et stabiliser les prix en empêchant les comportements spéculatifs censés faire augmenter les prix ;

  3. Promouvoir le commerce régional en tirant parti des blocs commerciaux régionaux et des accords de libre-échange existants ;

  4. Éviter le gaspillage de nourriture, réduire les pertes post-récolte ;

  5. Stimuler la production nationale en subventionnant les intrants tels que les semences et les engrais, les machines agricoles et les équipements post-récolte ;

  6. Fixer un prix minimum au producteur et assurer la disponibilité d’engrais et de semences de qualité en temps opportun ;

  7. Exclure les mesures de réduction ou de suspension des taxes douanières sur le riz importé en raison de leur effet négatif sur la production locale ;

  8. Mettre en œuvre un programme de relance économique qui comprend l’extension des dettes fiscales et des paiements des services publics pour permettre au secteur privé de limiter le chômage des jeunes.


Mesures à moyen et long termes


  1. Renforcer les principaux domaines d’investissement pour développer la chaîne de valeur du riz, promouvoir le riz local, soutenir la recherche nationale et internationale pour le développement afin de combler l'écart de rendement, diffuser à grande échelle les bonnes pratiques agricoles, assurer l’accessibilité aux semences de qualité, améliorer la maîtrise de l’eau grâce à de nouveaux périmètres irrigués et à l’aménagement des bas-fonds, réhabiliter les périmètres d’irrigation dégradés, et développer les installations de base pour la transformation post-récolte, la commercialisation et l’amélioration de la compétitivité ;

  2. Étant donné que les services de vulgarisation et la main-d'œuvre agricole seraient affectés par les restrictions liées à la quarantaine, il est grand temps de développer et de promouvoir l’utilisation des technologies numériques et des TIC pour fournir des services et améliorer la productivité du travail et des terres ;

  3. Promouvoir les innovations numériques en investissant dans les infrastructures numériques afin d’encourager la création d'emplois dynamiques, stables et de bonne qualité pour les jeunes dans la chaîne de valeur du riz ;

  4. Consolider les stocks de réserve régionaux et nationaux de riz, car l’avantage du riz est qu’il peut être stocké pendant une période relativement longue et être facilement utilisé dans les situations d'urgence.


Conclusion

Il est temps que les gouvernements adoptent une approche agroalimentaire systémique en ce qui concerne la recherche pour le développement, la formulation et la mise en œuvre des politiques, étant donné que la pandémie n’affecte pas seulement le riz mais aussi de nombreuses autres denrées alimentaires, tous les processus, les acteurs, les relations et les institutions impliqués dans la production, la commercialisation et la consommation alimentaires.


En tant que principal institut de recherche pour le développement rizicole en Afrique, AfricaRice est chargée d’aider ses pays membres à atténuer les effets de la pandémie de COVID-19 sur leur système agroalimentaire riz, en mettant à disposition des semences de qualité et d’autres technologies améliorées en travaillant en étroite collaboration avec les secteurs public et privé, en suivant les tendances du marché du riz et en offrant des conseils et des orientations aux décideurs politiques.

Jobs | Tenders | Training | Contact 
Emplois | Appel d'offres | Formation | Contact 

 

All AfricaRice Offices | Tous les bureaux d'AfricaRice

AfricaRice Headquarters | Siège d’AfricaRice

01 BP 4029, Boulevard François Mitterrand, Cocody, Abidjan 01, Côte d'Ivoire

T: +225 22 48 09 10; F: +225 22 44 26 29
E: AfricaRice@cgiar.org

For Staff Only / Pour le personnel seulement
Intranet | OCS | Email 

AfricaRice is a CGIAR Research Center – part of a global research partnership for a food-secure future.  It is also an intergovernmental association of African member countries.

AfricaRice est un Centre de recherche du CGIAR – un partenariat mondial de la recherche agricole pour un futur sans faim. AfricaRice est aussi une association inter-gouvernementale composée de pays membres africains.

 

Privacy Policy | Politique de confidentialité

© 2020 AfricaRice